Plan du coach - Revue de l'annee 2017

26 Plan du coach Dans le milieu de la psychologie sportive, les consultants rencontrent souvent de jeunes athlètes très talentueux qui ont un bel avenir dans le sport. Le problème, c’est que certains de ces jeunes talentueux ignorent comment gérer les échecs ou les obstacles. En tant que chercheurs, nous nous sommes demandé quelle était la cause de ce désarroi. Notre réponse, la voici : alors que les habiletés sportives sont développées, enseignées et raffinées, les habiletés psychologiques, elles, sont tout simplement oubliées. Quelles habiletés doit-on enseigner aux différents stades du modèle de développement à long terme de l’athlète (DLTA) et comment doit-on s’y prendre? Le DLTA et la littératie psychologique Le modèle de développement à long terme de l’athlète (DLTA) créé par l’organisme Au Canada, le sport c’est pour la vie (ACSV) décrit le développement des habiletés physiques et des niveaux d’activité tout au long de la vie. Ce modèle peut s’appliquer à tout lemonde, de l’enfant apprenant à contrôler soncorps à lapersonne âgée souhaitant demeurer active, en passant par l’athlète de haut niveau s’entraînant pour une compétition internationale. Le stade « S’amuser grâce au sport » du DLTA touche les garçons de 6 à 9 ans et les filles de 6 à 8 ans. Il est axé sur les mouvements généraux et le développement global, en plus d’introduire des concepts comme l’esprit sportif à travers des activités amusantes. Le stade « Apprendre à s’entraîner » cible les garçons de 6 à 12 ans et les filles de 8 à 11 ans. Axé sur le développement des habiletés motrices générales, il propose des entraînements et une périodisation propres aux différents sports. Toutes les habiletés sportives fondamentales devraient être apprises avant ou pendant ce stade. Cependant, on dirait qu’il manque quelque chose : le modèle de DLTA met l’accent sur le développement physique, mais qu’en est-il du développement psychologique? Comment est-il développé dans les stades du DLTA? Les organismes de sport ont mis énormément d’accent sur le développement des habiletés physiques, mais ce que les entraîneurs et les administrateurs ont oublié, c’est que pour performer et gérer les déceptions qu’ils vivront dans le sport, les enfants doivent aussi acquérir des habiletés psychologiques (la littératie psychologique). En nous appuyant sur des théories tirées de la psychologie classique pour mieux comprendre les enfants et les jeunes, nous avons étudié le vécu d’enfants aux stades « S’amuser grâce au sport » et « Apprendre à s’entraîner ». Au total, 18 jeunes sportifs (âgés de 7 à 11 ans), 13 parents, quatre entraîneurs et quatre administrateurs ont participé à l’étude. Ils représentaient quatre sports : basketball, hockey, plongeon et gymnastique. Les parents et les jeunes sportifs ont participé à des groupes de discussion, tandis que les entraîneurs et les administrateurs se sont prêtés à des entrevues. En quoi le sport peut-il aider les jeunes enfants à développer leur littératie physique? Nos résultats nous amènent à penser qu’il faut veiller au développement de la littératie psychologique dans le cadre du modèle de DLTA. C’est un processus de longue haleine, mais nous croyons que ces habiletés doivent être intégrées aux sports beaucoup plus tôt que ce qu’on voit actuellement. Voici quelques idées simples pour changer la donne :  Littératie psychologique : nouveau terme ou vieux concept? Dr Leisha Strachan et Kevin Kristjanson, Université duManitoba Dr Adrienne Leslie-Toogood, Centre canadienmultisport –Manitoba

RkJQdWJsaXNoZXIy MzcxNDgx